Billetterie Villa Gillet : Réservez votre billet

Le courage de la dissidence

Le courage de la dissidence

  • Lun. 20 mai de 19 h à 20 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Liao Yiwu, Alaa El Aswany, Michel Eltchaninoff et Reihane Taravati


Une rencontre animée par Michel Eltchaninoff (Rédacteur en chef de Philosophie Magazine, fondateur de l'association « Les nouveaux dissidents »)


Que signifie aujourd’hui être écrivain ou artiste dans un pays où la répression fait rage ? Qu’ils vivent en régime dictatorial ou dans un état corrompu, écrivains et artistes créent des moyens d’expression originaux qui incarnent leur lutte pour la liberté. Loin de l’atonie occidentale, ils décident de faire de leur vie quelque chose dont ils puissent être fiers. Pour cela, ils prennent le risque de la dissidence. Autrement dit, c’est la question du courage que nous allons explorer.


Sentiments, sensations, impressions : de la vie intérieure au monde qui nous entoure

Sentiments, sensations, impressions : de la vie intérieure au monde qui nous entoure

  • Lun. 20 mai de 21 h à 22 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Jón Kalman Stefánsson, Philippe Forest et Sylvie Germain


Une rencontre animée par Gladys Marivat (Le Monde)


Du monde intérieur au monde qui nous entoure se déploie toute une gamme d’émotions et de sensations qui nous ouvrent à nous-mêmes comme aux éléments qui composent notre univers et ses paysages. Ainsi la voie est ouverte pour un dialogue avec la nature, les autres qui la peuplent, humains et non-humains. Quel sens peut surgir ? Quelles interrogations viennent nous troubler qui donnent forme et mouvement à notre vie ? Dans les échanges entre nos corps, notre conscience et l’univers où se joue le temps, l’écriture s’invente.


Le corps au féminin

Le corps au féminin

  • Mar. 21 mai de 19 h à 20 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Carolin Emcke, Fabienne Jacob et Joumana Haddad


Quelle place pour le corps des femmes dans les livres des femmes ? Quel corps y voit-on se dessiner ? Corps désiré, corps désirant… Nos invitées explorent aussi la place du corps des femmes dans l’espace public en Europe et dans le monde arabe… Autant de paroles d’écrivains qui dessinent peut-être un nouveau féminisme.


Dans les coulisses de la création

Dans les coulisses de la création

  • Mar. 21 mai de 21 h à 22 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Connie Palmen, Maylis de Kerangal et Rodrigo Fresán
Une rencontre animée par Margot Dijkgraaf (critique littéraire)


Écrire un livre, n’est-ce pas rassembler les pièces d’un gigantesque puzzle ?
Dans quels intimes méandres l’écrivain s’aventure-t-il lorsqu’il prend la plume ?
Le rêve offre une voie, la documentation s’amoncelle, les passions de toujours ressurgissent, les obsessions reviennent, les figures tutélaires veillent…
Trois romanciers dont les livres questionnent la création viendront nous dire ce que l’on fait de tout ce matériau quand vient l’heure d’écrire.


Du point de vue de l'enfant

Du point de vue de l'enfant

  • Mer. 22 mai de 19 h à 20 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Andrés Barba, Antoine Wauters et Mick Kitson
Une rencontre animée par Florent Georgesco (Le Monde)


Comment les écrivains parviennent-ils à restituer la singularité d’un regard et d’une émotion d’enfant ? Ce qui caractérise le point de vue de l’enfant c’est sans doute sa fraîcheur, c’est-à-dire, ce qu’il a d’inattendu, dénué de préjugé et même de malice… Mais est-ce si sûr ?
C’est cela que parviennent à restituer les trois romanciers invités à nous raconter comment et pourquoi on écrit à hauteur d’enfant.


Récits d'exil. Débat précédé d'une lecture par Violaine Schwartz

Récits d'exil. Débat précédé d'une lecture par Violaine Schwartz

  • Mer. 22 mai de 21 h à 23 h
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Amitava Kumar, Davide Enia et Linda Lê


Une rencontre animée par Aurélie Charon (France Culture)
Présent dans nombre de récits fondateurs, l’exil hante la littérature. Des exils d’hier aux exils d’aujourd’hui, d’Ulysse aux migrations contemporaines, la figure du « migrant » comme celle de l’écrivain en exil offre mille récits de vie. Ces trajectoires singulières interrogent aussi comment le déracinement conditionne la création.


En ouverture de la table ronde, lecture de Papiers (P.O.L., 2019) de Violaine Schwartz.
« Un jour, j'ai réussi à passer. Dans un camion de kiwis. J'avais déplacé les cartons de fruits pour me cacher derrière. Trente-huit heures, je suis resté dans ce camion fermé. Trente-huit heures. Toutes les demi-heures, ils allumaient le froid. On était deux dans les kiwis, mais l'autre, il est parti en Finlande. »


Revisiter sa vie

Revisiter sa vie

  • Jeu. 23 mai de 19 h à 20 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Bérengère Cournut, Itamar Orlev et Mike McCormack
Une rencontre animée par Raphaëlle Leyris (Le Monde)


Se souvenir, retraverser sa vie, la revisiter, tenter de la raconter, de la comprendre, les romanciers et leurs personnages s’y aventurent parfois. Ce mouvement de retour les amène à regarder leurs d’un point de vue sous un éclairage différent, à distance d’eux-mêmes . Comment ce processus se projette-t-il sur le présent ? Que nous apprend-il après coup ? Quelle part de mystère garde-t-il ?


De la violence sociale à la violence politique

De la violence sociale à la violence politique

  • Jeu. 23 mai de 21 h à 22 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Daniel Galera, Santiago Gamboa et Sophie Divry
Une rencontre animée par Raphaël Bourgois (France Culture)


Si la violence sociale reste moins spectaculaire que la violence politique, elle n’en demeure pas moins destructrice. Elle s’infiltre insidieusement dans le tissu social, génère colère, frustration, protestations et revendications. Comment la littérature s’empare-t-elle de ces questions ?
Trois romanciers dont les livres abordent ces réalités viendront nous dire quel pouvoir a encore la littérature.


Jeux littéraires avec Violaine Schwartz et 10 classes de collèges

Jeux littéraires avec Violaine Schwartz et 10 classes de collèges

  • Ven. 24 mai de 10 h à 12 h
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Violaine Schwartz
En 2011, la Villa Gillet, Maylis de Kerangal et Erasme (living lab de la métropole de Lyon) imaginent un jeu littéraire numérique impliquant 10 classes de collégiens dans l'écriture de cadavres exquis inspirés du mouvement surréaliste. Depuis, l'expérience se poursuit et cette année, 250 collégiens ont pu rencontrer Violaine Schwartz et écrire avec elle 11 nouvelles, à travers l'espace numérique laclasse.com.
Lectures, performances et récits... Ce rendez-vous ouvert à tous est l'occasion de découvrir cette expérience d'une littérature vivante !


Écrire l'ultra-contemporain

Écrire l'ultra-contemporain

  • Ven. 24 mai de 19 h à 20 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Aude Seigne, Joshua Cohen et Pierre Ducrozet


Trois romanciers contemporains évoquent des réalités technologiques d’aujourd’hui et les métamorphoses sociales qu’elles ont engendrées. Ce faisant, ils créent de nouvelles perceptions du monde. Observateurs de l’ultra-contemporain, ils n’auraient tout simplement pas pu écrire ces livres dix ans plus tôt.


Dialogue d'écrivains : Elisabetta Rasy et Jérôme Ferrari

Dialogue d'écrivains : Elisabetta Rasy et Jérôme Ferrari

  • Ven. 24 mai de 21 h à 22 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Elisabetta Rasy et Jérôme Ferrari
Une rencontre animée par Marie Richeux (France Culture)


Jérôme Ferrari est professeur de philosophie, traducteur et écrivain. Il est l’auteur de nombreux romans, dont Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud, prix Goncourt 2012). À son image (Actes Sud, 2018) retrace la vie d’une photographe défunte, en évoquant le nationalisme corse, la violence des guerres modernes et les liens ambigus qu’entretiennent l’image, la photographie, le réel et la mort.


Elisabetta Rasy est journaliste, éditrice et écrivaine. En 1975, elle a co-fondé les Éditions des femmes en Italie. La question de l’expression féminine traverse l’ensemble de son oeuvre, traduite dans de nombreuses langues. Son dernier roman, L’amie des jours en feu (Seuil, 2018), suit deux infirmières volontaires au front en 1917, deux femmes qui rêvent d’un avenir plus libre.


Construire un personnage

Construire un personnage

  • Sam. 25 mai de 15 h à 16 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Anne-Marie Garat, Cloé Korman, Serge Joncour et Yves Ravey
Les Subsistances
L’art romanesque repose largement sur l’habileté des écrivains à rendre vivante la présence des personnages qu’ils dépeignent.Ils donnent corps à la narration, forcent à l’intrigue. Le lecteur établit un lien avec eux qu’il emporte au cœur de la fiction. Quatre romanciers aux voix singulières viendront nous dire quelle stratégie d’écriture ils mettent en place pour les faire exister.


L'art du détail

L'art du détail

  • Sam. 25 mai de 17 h à 18 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Adrien Bosc, Emmanuelle Pagano et Grégoire Bouillier
Une rencontre animée par Sandrine Treiner (directrice de France Culture)


Au détour d’une phrase, un détail surgit, chargé de sens, ouvrant une perspective nouvelle, apportant une nuance, introduisant une équivoque. Ce qui pourrait être négligé revêt soudainement de l’importance. Trois romanciers s’interrogent sur le rôle qu’ils accordent aux détails par le fil de la narration.


La mémoire de la mémoire

La mémoire de la mémoire

  • Sam. 25 mai de 19 h à 20 h 30
  • Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Lyon - Lyon

Avec Philippe Apeloig
Une rencontre animée par Le Combo (collectif de graphistes)


Philippe Apeloig est l’un des plus grands graphistes et typographes français. Il a créé les logotypes et les identités visuelles de nombreux musées en France et à l’étranger. En 2018, il publie Enfants de Paris, 1939-1945 (Gallimard)
qui rassemble plus de mille plaques commémoratives parisiennes relatives à la Seconde Guerre mondiale.
La rencontre se déroulera en deux temps : Philippe Apeloig présentera tout d'abord le fruit de son immense travail autour des plaques commémoratives. Dans un second temps, le collectif de graphistes "Le Combo" l'interrogera sur son travail de graphiste et typographe.


"Enfants de Paris (1939-1945)" (Gallimard, 2018)
Qu'y a-t-il derrière les plaques commémoratives, derrière tous ces noms, ces mots et ces phrases, taillés dans la pierre? Des actes de courage, des destins tragiques ou des vies sacrifiées, mais parfois aussi les souvenirs d'une enfance... C'est pour apporter sa pierre à l'histoire de sa famille comme à celle des Enfants de Paris, victimes de la guerre, de l'Occupation et des combats de la Libération, que Philippe Apeloig a réuni les photographies de toutes les plaques parisiennes de cette période. Habitée par la diversité de leurs compositions typographiques et la beauté du contexte architectural, cette œuvre graphique, accompagnée d'un récit de l'auteur, livre ainsi une vision inédite et insolite de l'histoire récente de la capitale : une grande aventure de la mémoire qui continuera de se transmettre aux générations de demain...


Des mots derrière les images

Des mots derrière les images

  • Sam. 25 mai de 21 h à 22 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Amaury Da Cunha, Camille Laurens, Marie-Hélène Lafon, Sylvain Prudhomme et Sylvie Gracia
Avec les mots, avec les images, nous tentons de vivre et comprendre la réalité. Ils s’appellent, se relaient, parfois s’affrontent. Leurs forces et leurs faiblesses depuis toujours dialoguent. Quels rapports les romanciers entretiennent-ils avec les images ? Ecrire pour voir ? Voir pour écrire ?
Des images seront projetées au public et la voix du romancier les accompagnera.


Des mots pour une mère

Des mots pour une mère

  • Dim. 26 mai de 16 h à 17 h 30
  • Les Subsistances - Lyon

Avec Eric Fottorino, Christophe Boltanski, Geneviève Brisac et Maria Pourchet
Une rencontre animée par Raphaëlle Rérolle (Le Monde)


On ne finit jamais d’explorer l’intensité, la grandeur mais aussi l’ambivalence des sentiments qui relient à la mère. La littérature le sait bien qui est traversée par cette figure maternelle. Qu’ils aiment follement leur mère ou prennent prudemment leurs distances, écoutons comment les écrivains tentent de raconter ce lien indestructible. A cette fin, nous avons demandé aux invités de choisir une image, un objet et un mot pour incarner leur mère. Nous partagerons avec eux cette expérience qui fera écho à leurs livres.
Une photo, un objet, trois mots : quatre romanciers évoquent leur mère.